Seilbahnen Schweiz Logo
laax_mast_nebel.jpg

Construction de remontées mécaniques

Symbiose entre tour de force et haute technologie

En Suisse, on construit chaque année entre dix et vingt installations de remontées mécaniques et téléskis. La majorité de ces installations sont des télésièges et des télécabines, pour certaines il s’agit de grands téléphériques à va-et-vient et de funiculaires. En règle générale, les nouvelles installations remplacent d’anciennes installations déjà existantes qui ne remplissent plus les critères de confort et de prestations modernes.

La construction d’une nouvelle installation pose des exigences maximales aux constructeurs. A première vue, les installations de remontées mécaniques sont de simples systèmes mécaniques: les cabines sont suspendues à un câble et sont emportées sur ce même câble ou au moyen d’un deuxième entrainé par un moteur vers les hauteurs ou la vallée. Mais ce système, simple en apparence, est possible uniquement grâce à l’interaction entre les différents composants de l’installation. En s’intéressant de plus près à ce qui se passe derrière une telle installation, on constate que les installations de remontées mécaniques sont des constructions techniques très complexes.

Pas un article de confection, mais un travail sur mesure

Les installations de remontées mécaniques sont certes fabriquées industriellement. Mais elles ne sont pas des produits «finis». Chaque installation constitue une solution taillée sur mesure pour un problème de transport spécifique. Des installations de remontées mécaniques peuvent remplir des fonctions très différentes: elles peuvent être utilisées comme systèmes de desserte, installations de liaison, installations de transport de marchandises, etc. Selon l’utilité, différents types sont utilisés – funiculaire, téléphérique à va-et-vient, télécabine, télésiège ou téléski.

Mesures du chantier

La question de savoir quel système est le plus approprié dépend, entre autres, de la nature du terrain, du nombre de personnes à transporter à l’heure, de la longueur du parcours et de la dénivellation à franchir. Chaque type d’installation présente ses propres particularités et avantages.

Combien coûte une installation?

Etant donné que les installations de transport à câble ne sont pas des produits de masse, le cadre financier ne peut être que vaguement défini. Selon le type d’installation, la longueur du parcours, la topographie et d’autres facteurs, les coûts de planification et de construction atteignent normalement plusieurs millions de francs. Pour la limite inférieure, le spectre peut être délimité pour la construction d’un téléski simple, dont le coût minimum s’élève à environ 200 000 francs. La limite supérieure, quant à elle, devrait se situer à près de 30 millions de francs pour un grand téléphérique à va-et-vient. Les nouveaux funiculaires ont tendance à coûter encore plus cher; suivant le tracé et la longueur, les coûts montent rapidement à 50 millions de francs, voire plus.

Etonnamment, le temps de construction d’une installation de remontées mécaniques est, en règle générale, très court. Ceci est principalement dû aux conditions climatiques dans les régions de montagne. En altitude, les conditions hivernales règnent souvent jusqu’en juin – neige, froid et tempêtes empêchent à cette période une construction rapide comme en plaine. Et déjà au début de l’automne, des baisses de température et des chutes de neige peuvent ralentir, voire empêcher les travaux de construction. De plus, pour la plupart des nouvelles installations, il faut démonter les anciennes installations avant le début de la construction, ce qui raccourcit encore le temps de construction à disposition.

Procédure d’approbation des plans exigeante

Avant le début de la construction, l’installation est soumise à une exigeante procédure d’approbation des plans. Les transports à câbles o­nt besoin d’une concession fédérale tandis que les petites installations et les téléskis nécessitent une autorisation cantonale. Dans les documents de demande de concession, le maître d’ouvrage doit exposer de manière détaillée la nécessité pour la nouvelle installation. De plus, il doit justifier l’emplacement, le type d’installation, la capacité de transport et le parcours. Pour terminer, il doit calculer la rentabilité et démontrer l'impact sur l’environnement. Remontées Mécaniques Suisses soutient ses membres dans les projets de planification et de réalisation à travers son service de conseil en technique des remontées mécaniques.


Photo Travaux d’installationTravaux d’installation

Travaux d’installation

Dans l’intervalle, les travaux de préparation sont en cours auprès des entreprises qui o­nt reçu le mandat de construction de la nouvelle installation. Dès que la concession est accordée, les travaux démarrent. En règle générale, différents travaux sont effectués parallèlement: pendant que l’ancienne installation est démontée, les fondations des pylônes de la nouvelle installation sont construites et les bâtiments des stations supérieure et inférieure érigés. Durant plusieurs semaines, il règne une activité fébrile sur l’emplacement d’une nouvelle installation.

Lors de la construction d’une installation de remontées mécaniques, il est fait appel aussi bien aux entreprises de construction locales qu’à des entreprises spécialisées. Les artisans des environs érigent les stations supérieure et inférieure ainsi que les fondations des pylônes. Pour le domaine électromécanique (moteur, câbles, pylônes, galets, véhicules, commande), une entreprise de l’industrie des remontées mécaniques est chargée des travaux.


Photo Transport par hélicoptèreTransport par hélicoptère

Terrain raide et impraticable

Grâce aux installations de transport à câbles, les touristes surmontent, sans peine, été comme hiver, de grands dénivelés dans des terrains accidentés. Lors de la construction d’une telle installation, le terrain raide et difficile d’accès constitue un défi considérable pour les constructeurs. A cela s’ajoutent les conditions atmosphériques extrêmes, comme elles existent en montagne en été également.

Transport par hélicoptère

Pour le transport du matériel de construction et des composants de l'installation, on fait, contrairement aux constructions en plaine, souvent appel à l’hélicoptère. Il n’est ainsi pas nécessaire de construire des routes d'accès pour les camions, ce qui permet d'éviter des interventions au niveau du paysage. En plus, cela raccourcit sensiblement le temps de construction.

Des transports au moyen de l’hélicoptère constituent une affaire exigeante. A cause des charges lourdes, o­n fait appel à des hélicoptères de transport spéciaux. Bien que ces engins soient particulièrement maniables, ils exigent beaucoup des pilotes et des travailleurs au sol. Lors du montage de pylônes, par exemple, il faut mettre en place sur les fondations des pièces pesant plusieurs tonnes, et ceci au millimètre près – un travail pour des bras solides aussi bien qu’agiles.

Après la fin des travaux, l’installation fait l’objet de tests minutieux. Elle est examinée par les autorités accordant la concession, puis mise en exploitation. Après les premières chutes de neige, pour l’ouverture de la saison d’hiver, ce sont les adeptes de sports de neige qui prendront possession de la nouvelle installation.

Plus sur ce thème

Office fédéral des transports, Transport à câbles
Concordat intercantonal sur les téléphériques et les téléskis CITT
Service de conseil RMS en technique des remontées mécaniques
Centre de formation Remontées Mécaniques Suisses